Français

Mai 2012

La lumière bloque la force de gravité. Voici un résumé des résultats de ma recherche. Le rapport officiel est en anglais, publié par Physics Essays, décembre 2011. Un copyright s’applique. Le dossier actuel ne duplique pas le contenu du rapport officiel.

Pourquoi cette recherche? Depuis 50 ans, je tente de comprendre la gravité. J’ai fait  beaucoup d’expériences sans résultats. En lisant ce que Podkletnov  a fait en Finlande avec une roue tournant rapidement, j’ai essayé de bloquer la gravité avec une roue mais je n’ai rien observé. Si la roue tourne vite et bloque la gravité, peut-être que la lumière qui va très vite pourrait aussi la bloquer. J’ai tenté de faire rebondir un rayon laser entre deux miroirs et mesurer si  la pesanteur d’une masse de 200 g changeait. Je n’ai rien trouvé. Au lieu de faire rebondir la lumière, j’ai utilisé un rayon laser en forme de lame plutôt que point. Ainsi on peut envoyer la lame de lumière tout près d’une masse. Au début, j’ai placé le faisceau de lumière entre la masse mobile et une masse fixe.  La masse mobile se rapproche de la masse fixe. Raisonnement : Si la masse fixe envoie de la gravité à la masse mobile, le rayon de lumière va peut-être bloquer une partie de cette gravité et la masse mobile va s’éloigner un  peu. Comme la masse se rapproche plutôt que de s’éloigner, cela démontre que la masse fixe ne donne pas de gravité à la masse mobile ou encore que la lumière augmente la gravité. Rien en science ne parle de cela. Il semblerait étrange que la lumière augment la gravité car la gravité semble dépende que de la quantité de masse, comme dans la formule de Newton. Il reste alors un mystère à découvrir.

 

 

 

 

Vue du dessus : Le gros laser à droite envoie un rayon de lumière entre les 2 masses. Un carton arrête la lumière car on ne veut pas que la lumière agisse sur la masse placée comme contre poids à l’autre bout. Le petit laser envoie un point lumineux sur le miroir. Quand le bras du pendule tourne, le miroir dévie le rayon du petit laser sur un écran gradué; on peut suivre le mouvement du pendule ainsi. Un support tient les fils attachés au milieu du bras du pendule tortionnel. Le fil du support mesure environ 30 cm et le bras environ 80 cm. Voici un résultat d’un graphique fait avec Excel. Dans une colonne, on place les minutes et dans la 2e colonne, on place la distance parcourue par le bras qui oscille d’un côté puis de l’autre. Un mouvement complet prend plus d’une minute.

Le 6 août, la masse mobile allait de 42,3 à environ 42,5 quand le faisceau de lumière passait entre les deux masses. Après une heure, on enlève le faisceau de lumière. La masse s’éloigne rapidement et demeure plus loin. Le point lumineux indique environ 43,5 en moyenne. Dès que la lumière passe de nouveau entre les masses, la masse mobile se rapproche comme si la gravité avait augmenté. La ligne brune au bas indique la position de la masse fixe. La ligne rouge indique quand la lumière passe entre les masses. L’axe horizontal est donc le temps écoulé. Après avoir ajusté l’appareil plusieurs fois, car je croyais qu’il y avait une erreur d’expérimentation car la lumière n’est pas supposé augmenter la gravité, j’ai dû accepter le fait. J’ai donc des dizaines de graphiques qui démontrent la même chose. C’était le temps d’arrêter et de trouver une explication du phénomène, devant un beau feu de foyer en mars. L’idée m’est venue que peut-être que la poussée sur la masse mobile ne venait pas de la masse fixe mais plutôt de l’extérieur, de l’espace même.

Si la grosse masse n’envoie pas de gravité à la masse mobile de 200g, qu’est-ce qui la fait bouger. Il faudrait qu’une force extérieure la pousse. La petite masse bouge vers la grosse masse placée au nord. Si la petite masse va vers le nord, donc une force la pousse venant du sud. Quand on place le rayon laser entre les deux masses, il passe au nord de la masse de 200 g. Si le rayon laser bloque une partie de la poussée venant du nord, la petite masse ira vers le nord car la force du sud serait maintenant plus grande que la force du nord. Ceci serait une explication possible et la seule qui fait du sens. Avant le rayon de lumière, les forces de chaque côté étaient égales; le vecteur vert du nord est de la même longueur que le vecteur noir du sud pour représenter ces forces.

Quand la lumière bloque la force venant du nord, on dessine au bas un vecteur vert plus court pour montrer que la force est maintenant plus petite sur le côté nord. Le vecteur bleu indique l’addition des deux forces opposées : une poussée totale venant du sud.

En fouillant sur internet,  je vois que cette idée n’est pas nouvelle; Lesage en avait parlé à Newton mais ce dernier ne voulut pas faire d’hypothèse  sur la source de la gravité.

Il fallait maintenant trouver une façon de vérifier si cette idée était d’accord avec les faits.

La meilleure façon de vérifier si les forces de gravité horizontales pouvaient être bloquée par la lumière était de recommencer l’expérience avec une masse mobile et aucune masse fixe. On enlève la masse fixe et on attend que le pendule arrête de bouger. Quand le va et vient est réduit à un mm de chaque côté, cela signifie que la force horizontale venant du nord est égale à la force venant du sud. On envoie un faisceau de lumière sur un côté de la masse et note le mouvement. On place ensuite la lumière de l’autre côté. Résultat : oui la lumière bloque la force horizontale.

Avant d’envoyer la lumière, la masse se dirigeait lentement vers le nord. Avec la lumière, elle va rapidement au nord. Quand on met  la lumière au sud de la masse, elle revient à  la position d’avant. Elle va de nouveau vers le nord quand on remet la lumière. La masse mobile semble toujours poussée vers la lumière. Comme la lumière va en ligne droite, elle ne peut influencer seulement ce qu’elle touche. Elle ne touche pas à la masse, donc ne fait rien à la masse. Elle peut rencontrer sur son chemin ce qui cause la gravité venant de tous les côtés. Il semble alors qu’elle repousse ou dévie la trajectoire de ce qui cause la gravité et alors il y en a moins qui rejoint la masse. Ainsi ce qui vient de l’autre côté pousse plus fort et la poussée n’est plus balancée. La masse va vers le côté de la lumière. Cela confirme la théorie de Lesage par une expérience de laboratoire facile à reproduire n’importe où. On a tenté de prouver par des calculs que la théorie était correcte mais on ne pouvait jamais bloquer physiquement la force de gravité. Maintenant, on peut bloquer la gravité avec de la lumière.   Cette découverte a deux autres aspects importants. Comme  la lumière bloque la gravité, ce qui compose la lumière et ce qui fait la gravité doivent avoir quelque chose de commun dans leur nature. Il se peut que la lumière et ce qui cause la gravité soit fait des mêmes parties mais arrangées de façons différentes. Les recherches futures pourront nous aider à le comprendre. La deuxième chose est que la force de gravité est une poussée et non pas une attraction. Nous sommes poussée vers le sol par la gravité venant d’en haut de l’espace car la gravité venant d’en bas fut bloquée en partie par la planète terre. Donc, les atomes de la terre peuvent bloquer une partie de la gravité. Donc, nos atomes de notre corps sont poussés par la gravité et bloquent ainsi une partie du rayonnement de la gravité. Ce qui n’est pas bloqué continue à travers nous.

Explication possible pourquoi la lumière diminue l’effet gravitationnel. Regard sur la fission d’un noyau d’uranium. Chaque noyau qui fissionne dégage aussi des rayons de l’ordre de 1022 hertz. Cette lumière n’est pas visible. Si la gravité est émise par le noyau et aussi la lumière de 1022 hertz, c’est possible que soit la même chose mais sans fréquence . La lumière serait alors la gravité comme un champ avec une fréquence et si on n’a pas de fréquence, on le nomme simplement la gravité. Ce qui est émis par les noyaux vient du noyau; comment se fait-il que le noyau ne finit pas par disparaître s’il émet continuellement de la gravité. Il faut réaliser qu’il émet beaucoup mais aussi qu’il reçoit beaucoup de l’espace qui l’entoure sous diverses formes : lumière, gravité, neutrino, etc. Le montant total d’émission est probablement sensiblement égal au montant de réception et le noyau demeure le même. Ce qui est émis va à la vitesse de la lumière car la lumière est faite de ce qui est  émis et a une fréquence tandis que la gravité est la même chose mais émise de façon continue, sans fréquence. Quand la lumière passe entre les deux masses, elle réagit avec la gravité. C’est comme si la force de gravité augmentait car la masse mobile se rapproche de la masse fixe.  Cela suppose que la gravité part de la masse fixe et va vers la masse mobile à la vitesse de  la lumière. Ce qui compose la lumière semble avoir des propriétés semblables à la lumière pour avoir une interaction entre les deux. On a un dilemme alors. Si la lumière interagit avec la gravité venant de la masse fixe, la lumière dévie la trajectoire de la gravité et moins de gravité se rend à la masse mobile. La masse mobile devrait s’éloigner car elle reçoit moins de gravité de la masse fixe. Mais elle se rapproche….

Si la lumière interagit avec la gravité et qu’elle bloque ou dévie la trajectoire de la gravité, alors la lumière bloque la gravité venant de l’extérieur aussi. Si la masse mobile se rapproche de la masse fixe, c’est que la lumière a bloqué plus de gravité venant de l’extérieur; ayant moins de gravité entre les masses, la mobile se rapproche comme si elle était attirée par la masse fixe. Réellement, elle est poussée de l’extérieur vers la masse fixe. Voici un schéma de ce qui se produit quand on met un rayon laser entre les masses.

Pour simplifier le portrait, je nomme ce qui est émis les derniers sub-quanta car ce sont les parties de base qui composent les systèmes protons, électrons et neutrons ainsi que la lumière. L’abréviation sera alors DSQ pour dernier sub-quanta. Il ne faut pas considérer les électrons et neutrons comme des petites billes de matière mais plutôt comme des systèmes complexes comprenant un nombre très grands de dsq. Un calcul intéressant peut se faire alors. Si le proton est un système complexe où les dsq voyagent à la vitesse de la lumière, la fréquence d’aller-retour dans ce système peut être calculée. On sait que l’énergie = masse x vitesse de la lumière au carré et que l’énergie = aussi la constante de Planck fois la fréquence. Donc si on multiplie la fréquence des dsq dans le proton par la constante de Planck et divise cela par la vitesse de la lumière au carré, on devrait obtenir la masse du proton. Cela fonctionne très bien ! La valeur obtenue est très près de la valeur mesurée acceptée. Est-ce que cela implique que le proton, le neutron et l’électron seraient des ‘’nuages’’ complexes fait de dsq allant à la vitesse de la lumière ? Peut-être que oui. Ce qu’on nomme matière manquante dans l’univers serait simplement alors les dsq émis par toute la matière et allant dans toute les directions.

 

-Louis

 

 

 

 

3 Responses to Français

  1. Louis says:

    allo
    Je me base sur les résultats des expériences plutot que sur les formules pour comprendre la gravité.
    Les faits démontrent clairement que la lumière en faisceau horizontal bloque une partie de la gravité et l’objet sous la lumièer pèse moins.à
    conclusions: 1. la gravitè esyt une poussée venant de l’espace
    2. la lumière et la gravité ont des points commun sinon elle ne pourrait pas dévier la poussée de la gravité
    Qu’ penses-tu?
    Louis

  2. Fletcher says:

    Hello Louis,
    Dommage qu’il n’y a pas plus d’expérimentateur comme toi.
    La gravité fait aussi partie de mes questions existencielles.
    L’idée de la lumière contre la gravité est ” lumineuse “.
    Chapeau l’ami.
    Je referais bien l’expérience.
    D’autre part je fréquente un forum ovni où j’ai mis un lien vers ton forum. J’espere que cela va susciter de l’intérêt.
    A bientôt.
    Fletcher 71 ans retraité.

    • Louis says:

      Bonjour
      Merci de vos commentaires.
      Regarde le nouvel ajpout sur le site à propos de la preuve que la gravité est une poussée.
      Un amis a refais le laboratoire en utilisant des ampoules de 100 watts et cela fonctionne. Place les ampoules à l’extérieur de la boîte qui contient le pendule rotatif.
      Bonne chance
      Louis

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>